• 06 79 46 18 75
  • Contact


Tag - bordeaux

mardi 04 juillet 2017

Acheter les vins en primeur

Cette forme d'achat des vins a des avantages et des inconvénients

Lire la suite...


lundi 09 janvier 2017

Pesticides

ISPED L’Institut de Santé Publique d'Epidémiologie et de Développement, à Bordeaux, a confirmé en 2000 une augmentation significative de la fréquence des maladies dégénératives, (Parkinson, Alzheimer) et des cancers du cerveau dont le gliome, chez les viticulteurs.

Lire la suite...


mercredi 13 janvier 2016

Des haies autour des vignes

Des haies vont être plantées autour de certains sites sensibles dans le bordelais.

Lire la suite...


lundi 31 août 2015

Bio à Bordeaux

Très peu de crus classés revendiquent le label bio pour leurs vins dans le Bordelais.

Que ce soit sur la rive droite (Pomerol, Saint-Emilion) ou sur la rive gauche (Margaux, Saint-Estephe, Saint-Julien, Pauillac, Pessac-Léognan, Sauternes, Barsac), on ne peut pas dire que les châteaux bordelais soient nombreux à revendiquer la certification bio, et ne parlons même pas de biodynamie.

Cependant certains pratiquent ce type de viticulture et vinifient en suivant les principes bio.

Voici les châteaux certifiés bio :

Voici les châteaux certifiés en biodynamie :

Notez que je travaille également avec le château Gombaude Guillot à Pomerol. Ce château est certifié en biodynamie et il n'existe pas de classement officiel à Pomerol.

Cette liste n'est peut-être pas exhaustive, signalez-moi tout oubli.

Bonne dégustation

 


lundi 24 août 2015

Réchauffement climatique

Comment gérer le réchauffement climatique dans les vignes d'ici une trentaine d'années ?

L'augmentation des températures va à terme se faire sentir de manière plus ou moins accentuée sur les vins : un des principaux corollaires risque d'être une augmentation des taux de sucre et donc d'alcool potentiel, accompagné d'un abaissement des taux d'acidité et donc de fraîcheur des vins.

Depuis toujours, une maturité optimale des raisins était recherchée ; et pour cela une des techniques consistait à effeuiller la vigne afin d'exposer les raisins au maximum. C'est désormais le contraire qui sera recherché en gardant plus de feuilles pour mettre les raisins à l'ombre. D'autres techniques sont envisagées comme le greffage sur des porte-greffes dont la maturité est plus tardive ; ceci pourrait retarder l'avancement de maturité des raisins et permettre de les cueillir avec moins de sucre et plus d'acidité.

Mais les pistes les plus souvent évoquées consistent à changer l'encépagement dans certains vignobles.

Le Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux s’est récemment déclaré favorable à une modification de la réglementation permettant l’introduction, à titre expérimental, de cépages étrangers aux Appellations d'origine contrôlée (AOC) pour faire face au réchauffement climatique.

Ainsi à Bordeaux dans le Libournais (Pomerol, Saint-Emilion etc) le remplacement du merlot - le cépage de prédilection dans ces appellations - est envisagé au profit du cabernet sauvignon et du cabernet franc. La raison est simple, le merlot arrivant plus vite à maturité, les vignerons sont confrontés à des raisins très mûrs et même trop mûrs (avec beaucoup d'alcool). Les cabernets plus tardifs sont censés remédier à ces aléas climatiques.

Petit reportage en suivant ce lien

Un changement de typicité est à envisager dans les vins de cette zone viticole qui vont peut-être ressembler de plus en plus aux vins issus des cabernets comme par exemple les vins du Médoc et du Haut-Médoc ; une autre question se pose également : est ce que les sols du Libournais sont adaptés à accueillir les cabernets et à favoriser leur maturité ?

Les questions restent entières et ne risque-t-on pas de gommer les différences de typicité entre ces régions ? Probablement que oui, mais il doit y avoir urgence pour envisager principalement ces solutions. A quand la syrah en Alsace ?

Il est quelque peu inquiétant de constater que les principales solutions envisagées sont de l'ordre de l'adaptation de la vigne aux nouvelles conditions climatiques. On pourrait aussi s'atteler au problème du réchauffement climatique par d'autres biais.

L'allègement du poids des bouteilles, l'abandon des produits à fort impact environnemental sur le climat pourraient aussi être des pistes à creuser.

Bonne dégustation

 


lundi 13 juillet 2015

MILLESIME 2014 à BORDEAUX

Voici quelques nouvelles du millésime 2014 à Bordeaux :

Après un printemps froid et humide qui a perturbé le cycle végétatif et reproducteur de la vigne et un été très humide et froid, le beau temps s'est installé enfin comme par miracle au mois de septembre et jusqu'à la fin du mois d'octobre.

Or, un temps froid et humide au printemps va empêcher les futures fleurs de se former et favoriser la coulure. Mais ces conditions tardives de beaux temps vont sauver le millésime qui était assez mal engagé (comme dans d'autres régions d'ailleurs) et contribuer à produire un bon millésime.

Dans l'ensemble les assemblages dominés par les cabernets offriront plus de consistance que ceux dominés par le merlot ; le cabernet sauvignon et le cabernet franc qui ont besoin de plus de temps pour mûrir et ont de ce fait profité de cet ensoleillement tardif.

Les vins rouges sont dans l'ensemble d'un bon niveau égal à 2008, 2011 avec une concentration moyenne. Des vins sans lourdeur et sans chaleur excessive.

La qualité des vins blancs est plus hétérogène, ne choisissez vos Bordeaux blancs qu'après les avoir dégustés.

Les liquoreux quant à eux n'offrent que peu d'intérêt sauf pour les domaines qui les ont produits en effectuant un tri drastique au moment de la vendange et de ce fait de très faibles rendements.

Ceci est un aperçu des conditions climatiques rencontrées dans la région bordelaise, notez qu'elles peuvent être très différentes dans les autres régions viticoles.

Si je peux me permettre un conseil, n'achetez vos vins - surtout en quantité importante - qu'après les avoir goûtés. Votre goût ne sera pas forcément le même que le goût du plus grand des critiques.

Bonne dégustation