• 06 79 46 18 75
  • Contact


Tag - accords mets et vins

lundi 14 août 2017

Que boire avec des moules ?

A partir de mi-juillet commence la saison des moules, elle se termine vers la mi février environ.

Lire la suite...


lundi 07 août 2017

Que boire avec des brochettes de légumes

C'est la saison des barbecues
 

Lire la suite...


mercredi 26 juillet 2017

Que boire avec des abricots

Fruit d'été, l'abricot quand il est juteux, bien mûr et juste ce qu'il faut d'acidité est un vrai délice : surtout si on aime l'abricot !
 

Lire la suite...


lundi 17 juillet 2017

Que boire avec un carpaccio de poisson

Pour l'été et les vins d'été !
 

Lire la suite...


lundi 12 juin 2017

Vins oranges

La quatrième couleur du vin.

Lire la suite...


lundi 15 mai 2017

Le Gamay noir à jus blanc

Synonyme de Beaujolais et donc aussi de Beaujolais nouveau, le gamay est souvent associé à des vins de mauvaise qualité.

Lire la suite...


mardi 02 mai 2017

Sylvaner

Parfois décrié...à juste titre, il peut se révéler un grand cépage quand on lui donne sa chance !

Lire la suite...


mardi 11 avril 2017

Muscadet

Encore une découverte dans cette appellation dont les vins sont parfois jugés "petits".

Lire la suite...


mardi 28 février 2017

Que boire avec un osso-bucco ?

Rien que le nom "Osso-bucco", sent bon !

Lire la suite...


mardi 27 décembre 2016

Que boire avec un faisan ?

Comme déjà dit dans un autre article : Durant les fêtes de fin d'année c'est la fête aux volailles... enfin ça dépend de quel côté l'on se trouve.

Lire la suite...


mercredi 14 décembre 2016

Que boire à Noël ?

Les repas de fin d'année se transforment souvent en casse-tête pour les Accords Mets & Vins.

Lire la suite...


lundi 21 novembre 2016

Que boire avec un rouget

Il y a aussi une saison pour les poissons
 

Lire la suite...


mardi 06 septembre 2016

Que boire avec une blanquette de veau

Plat traditionnel dont j'associe la douceur à des souvenirs gustatifs d'enfance.
 

Lire la suite...


vendredi 21 décembre 2012

Bûches de Noël et Vins

Le dessert de Noël c'est la Bûche de Noël.

Presque incontournable....même après les petits fours, les huîtres, le foie gras, le homard, les coquilles Saint-Jacques, la dinde aux marrons, le lièvre à la royale, les 9 sortes de fromages du plateau de fromages et quelques bouteilles pardon... verres de vin, la bûche est un symbole et c'est le moment d'ouvrir vos vins liquoreux. Car avec le sucre,  il n'y a presque que les vins contenant une certaine quantité de sucre qui vont convenir aux desserts. La bûche ne déroge pas à cette règle sauf dans le cas rare de la bûche à la sardinesad

Vous noterez que les vins secs qu'ils soient rouges, blancs, tranquilles ou effervescents seront absents de mes propositions (un vin tranquille est un vin sans bulles).

Voici donc une liste de différentes bûches de Noël, avec quelques idées de vins ou autres boissons pour les accompagner :

  • Bûche de Noël classique : rivesaltes ambré, banyuls blanc, muscat de mireval, de saint jean de minervois, de frontignan ou de lunel, muscat de beaumes de venise, muscat du cap corse, porto blanc...

  • Bûche de Noël au chocolat : maury,banyuls, vin doux naturel rasteau rouge, porto tawny, rivesaltes tuilé

  • Bûche de Noël glacée : champagne blanc ou rosé 1/2 sec ou doux, clairette de die,cerdon bugey, blanquette de limoux ancestrale, saumur mousseux, vouvray

  • Bûche de Noël avec des fruits : champagne blanc de blanc 1/2 sec ou doux, alsace vendanges tardives, coteaux de l'aubance

  • Bûche de Noël avec des fruits exotiques : coteaux du layon, montlouis 1/2 sec, jurançon, blanquette de limoux

  • Bûche de Noël aux marrons : rivesaltes ambré, pineau des charentes, hermitage vin de paille,

  • Bûche de Noël aux épices : floc de gascogne, pineau des charentes, montbazillac,

  • Bûche glacée à la nougatine : alsace vendanges tardives, rivesaltes ambré, banyuls blanc

Voilà, après, il va falloir penser aux digestifs

Bonnes Fêtes et bonne dégustation


jeudi 13 décembre 2012

Coquillages, Crustacés et Vins

Au cours d'un repas de Noël, on croise souvent des crustacés : homards, langoustes, langoustines, coquilles saint-jacques font traditionnellement partie des repas de réveillon.

Que ce soit pour des raisons économiques (cherté et rareté) , pratiques (compliqués à cuisiner) ou ergonomiques (pas toujours faciles à préparer et à manger), les crustacés ne font pas partie du quotidien, bien qu'on les trouve maintenant assez facilement. Et pourtant une fois dans l'assiette : quel régal !

De plus, quand la préparation est bonne, bonne, bonne... et l'accord avec le vin réussi cela peut être vraiment excellent.

Les crustacés sont plus ou moins iodés, ce qui d'emblée nous éloignera des vins rouges. Ensuite, le choix des vins se fera en fonction des cuissons, des sauces, des épices, des éventuels flambages, sans oublier nos envies et nos portes-monnaie cool.

  • Concernant la cuisson :

On peut suggérer l'idée qu'un crustacé grillé demandera un vin moins travaillé (sans élevage en fûts de chêne, sans élevage sur lies) et plutôt jeune ; alors qu'une cuisson très légèrement mijotée (attention les crustacés ne doivent pas cuire longtemps) conviendra mieux à un vin plus "sophistiqué" (éventuellement élevé en fûts de chêne, sur lies, ayant eu reccours à des macérations plus poussées et un peu plus mature donc plus agé).

  • Voyons maintenant les  sauces , les épices et les flambages :

♦ Des sauces onctueuses, à la crème, au beurre,  ou encore des fumets montés au beurre demandent des vins denses, matures (plus vieux) et issus de terroirs fortement marqués : Chablis, Meursault, Puligny et Chassagne-Montrachet, Savennières, Montlouis, Vouvray, Saumur, Alsaces Grands Crus, Hermitage,  sans oublier  Graves et Pessac-Léognan... et les vins du Jura dans les appellations Côtes du Jura ou Arbois.  Seules les mayonnaises appellent des vins frais et vifs pour équilibrer leur "générosité".

♦ Les épices - dosées justement -  vous donneront l'occasion de varier vos choix et de faire peut-être de nouvelles découvertes. Voici donc, quelques exemple de vins qui répondront sans complexe à la vanille, au curry, au safran, au curcuma, à la cardamome, au gingembre, au cumin. Ces vins ont une forte identité de par leur terroir, leurs cépages et parfois leurs méthodes d'élaboration :   Chignin-Bergeron en Savoie, Klevener de Heiligenstein en Alsace, Vin du Gaillacois à base de mauzac ou de ce cépage rare l'ondenc  , vin de l'arrière pays niçois en appellation  Bellet , vins du Roussillon tels que les Collioures blancs à base de  grenache blanc, grenache gris, roussanne,  macabeu,  mais aussi des vins de Provence ou de Corse à  base de rolle appelé v ermentino en Corse. A titre indicatif, signalons que certains rosés sur des préparation s de ce type s'accorderont très bien, à condition de ne pas être puissants et puis une "pelure d'oignon" sur la table du réveillon fera son effet frown.

♦ Le flambage : présent dans de grands classiques comme le homard à l'armoricaine ou à l'américaine.

S'il reste discret, tous les grands vins à forte personnalité, issus de beaux terroirs et qui ont de la bouteille ne cilleront pas devant ces préparations riches en saveurs et en texture. C'est à ce moment, que vous pourrez sortir vos bouteilles couvées depuis longtemps dans vos caves, achetées pour ces occasions précieuses ; et que vous pourrez également m'inviter pour que je vous donne mon avis sur l'accord en questionwink.

  • Un dernier mot à propos des Champagnes.

Trop rarement bus pendant un repas, alors que contrairement à ce que j'entends souvent ce sont bien des VINS, les champagne sont particulièrement à leur place avec les crustacés.

Les préparations "simples" plutôt légères, trouveront dans des champagnes toniques, frais et peu dosés (donc peu sucrés), des interlocuteurs sachant répondre à leurs accents iodés et minéraux.

Les sauces gourmandes et qui laissent des traces conviennent à des  Champagne puissants . C'est le moment de sortir vos grandes cuvées millésimées pour un accord tout en richesse et e n subtilité.

Mais je vois déjà le doute s'installer dans vos esprits parce que le soir du réveillon vous avez choisi une recette dans laquelle figurent les mots : grillé, épices, beurre, safran, cognac,  et que vous ne savez plus quel vin choisir ! La solution est simple : optez pour une bouteille figurant dans chacune des rubriquesenlightened

Bon Noël et bon appétit.


samedi 08 décembre 2012

Vins et volailles

Noël c'est la fête aux volailles... enfin ça dépend de quel côté l'on se trouve.

En tout cas pour ceux qui boivent du vin, voici quelques suggestions pour accorder vos recettes de volailles avec cette boisson merveilleuse.

Pour réussir un bon accord, quelques règles de base nous aideront dans cette tâche périlleuse du choix du vin. Si le vin ne répond pas aux attentes des participants au repas de Noël, celui qui l'a choisi en entendra parler pendant longtemps...je sais de quoi je parle no.

Quelques éléments sont à prendre en compte :

plus la chair de votre oiseau est foncée plus votre vin sera foncé

plus la chair est serrée, plus votre vin sera concentré

plus le goût est prononcé, plus votre vin sera puissant

plus la cuisson est longue, plus votre vin pourra être vieux.

Nous parlerons aujourd'hui des volailles de Noël, ce qui donne à peu près dans un ordre croissant de couleur, de texture et  de goût : poularde, chapon, caille, pintade, pigeon, canard, coq, dinde, oie.

Je m'empresse d'ajouter que d'autres éléments vont déterminer le choix du vin :   le vin de la sauce   (riesling ou vin rouge),  la farce  (foie gras, marrons), les épices (curry, cannelle, poivre), la cui sson (rôtie, mijotée), le suc re (miel, raisins, pommes, pruneaux, oranges).

Pour ce qui concerne la cuisson, on peut dire qu'une  cuisson longue  se prêtera mieux à un vin dont les  tannins sont fondus, c'est à dire un vin d'un certain âge (environ 8 à 15 ans), les cuissons p lus courtes conviendront à des vins plus jeunes. 

Dès qu'il y a du vin dans la sauce, essayez d'accompagner votre plat du même type de vin en respectant la couleur et la région.

Les farces jouent aussi leur rôle dans l'accord avec le vin en apportant du gras (foie gras), du sec (marrons), du sucre (fruits secs type pruneaux, figues, abricots, raisin) sans oublier les épices.

Voici donc l'équation qui vous permettra de résoudre l'accord Volaille - Vin : le soir du réveillon frown.

Plus sérieusement, voici quelques exemples de vins rouges qui donneront des ailes à vos volailles : Bourgogne et Bordeaux sont de grands classiques pour accompagner ces volailles, mais pourquoi ne pas essayer un Chinon, un Cahors, un Madiran, un Châteauneuf du pape, une Mondeuse de Savoie, un Bergerac, un Coteaux d'Aix, un Vacqueyras, un Gaillac, un Minervois, un Fitou, un Corbières, un Faugères, ou encore un Fronton.

Pour les vins blancs en accompagnement d'une poularde par exemple, on peut sans hésiter porter son choix sur un blanc assez puissant de Bourgogne comme un Meursault, un Chassagne ou un Puligny Montrachet. D'autres appellations offrent de très beaux vins blancs, comme par exemple Hermitage, l'Alsace en Pinot Gris, les côtes du Jura, Gaillac, et certains vins blancs du Languedoc en les choisissant avec discernement chez les meilleurs vignerons.

Si votre recette associe des éléments sucrés (pommes, miel, orange, fruits secs) et si vous êtes amateur essayez un vin légèrement moelleux que vous pourrez trouver dans certains vins d'Alsace, de Loire (Montlouis, Coteaux du Layon) ou encore le Sud-Ouest (Jurançon, Pacherenc du Vic Bilh).

Pour finir, je vous suggèrerais également d'accompagner vos volailles d'un Champagne éventuellement millésimé et de préférence à base de pinot noir.

Bon appétit et joyeux Noël


mercredi 05 décembre 2012

Vins et Foie Gras

Noël approche, on a envie - à part être couvert de cadeau - que la fête soit belle et accessoirement  : le repas réussi.

Intéressons-nous aujourd'hui au foie gras. Et commençons par décortiquer gustativement notre foie gras car il existe de nombreuses façons de le préparer.

Premièr point, je ne crois pas que le choix d'un foie gras de canard ou d'oie ait une importance significative sur le choix du vin ; tout au plus peut-on dire que le "canard" est un peu plus goûteux et rustique et que "l'oie" sera un peu plus fin. Ce qui nous orientera dans les différents cas de figure vers un vin légèrement plus puissant pour le canard.

Ensuite la cuisson : en terrine, en brioche, mi-cuit ou grillé, nous retrouverons peu ou prou les différentes aspects du foie gras qui sont le fondant, l'amertume, le gras, le salé. A cela s'ajoutent les différents vins, liqueurs ou autres alcools dont parfois les cuisiniers abusent dans ce genre de recette...le foie gras naturel peut aussi être bon sans 2 litres de porto ou de cognac !!

Examinons les différentes saveurs en jeu dans l'accord foie gras et vin :

- le gras et le salé ne feront pas bon ménage avec des tannins puissants, par contre un vin puissant en alcool saura leur répondre

- l'amertume qui est toujours légèrement présente sera atténuée par des sucres

Dans l'Antiquité, le foie gras se dégustait en fin de repas, ce qui simplifiait le choix du vin, si toutefois cette question avait une réelle importance à cette époque.

Aujourd'hui, le foie gras est consommé en début de repas et souvent accompagné d'un vin liquoreux, ce qui peut compliquer la suite pour les vins. Il est difficile en effet de poursuivre avec un vin rouge (même assez puissant) après un vin sucré.

Boire un vin rouge avec un foie gras vous simplifiera la tâche dans la mesure où la suite du repas demande souvent un vin rouge, sauf si après votre foie gras vous avez du poisson. Dans ce cas, seul un vin blanc puissant (un vieux Bourgogne, un vieux vin de Gaillac ou un Alsace par exemple) s'en sortiront certainement très bien, après un vin rouge.

Les vins blancs secs sont en fait relativement difficiles à marier avec un foie gras, tout comme les vins effervescents (Crémant et Champagne). Evitez également les vins rouges jeunes

A partir de ces élements, voici quelques suggestions pour accompagner vos foies gras :

  • au naturel en terrine ou en brioche :

Vins moelleux et liquoreux (plutôt jeunes) : Sauternes, Barsac, Pacherenc du Vic Bihl, Jurançon, Alsace Vendanges Tardives ou Séléction de Grains Nobles, Loupiac, Sainte-Croix du Mont, Gaillac Doux

Vins rouges (matures de 5 à 8 ans)  : Médoc et Haut Medoc, Madiran, Cahors, Bergerac, Gaillac, Irouléguy, Frontons, Vins du Rhône (plutôt à base de grenache que de syrah), un Rioja ou un Ribera del Duero d'Espagne, 

  • poêlé :

Moelleux de Loire : Coteaux de l'Aubance, Montlouis, Coteaux du Layon, Jasnières, Vouvray, Quart de Chaume, Condrieu

Vous vous dites certainement que le choix d'un vin pour accompagner un foie gras est bien compliqué ; alors pour vous épargner une grosse migraine le soir du réveillon (résultat du casse-tête accords foie gras et vin et non à un excès de sulfites), buvez de l'eau...non je plaisante...faites vous plaisir.

 

Joyeux Noël


lundi 19 novembre 2012

Huîtres et Vins

L'hiver n'a pas que des inconvénients, il y a aussi les huîtres !

Creuses,  plates, belons, bouzigues, fines de claires ou spéciales, je me contenterai ici de parler des accords avec les huîtres crues.

Les éléments à prendre en compte sont l'eau salée, l'iode, mais aussi la couleur - ceux qui ont assisté au stage Mets & Vins me comprendront - ainsi que le croquant ou le gras plus ou moins prononcé de la bête.

Je n'apprécie pas beaucoup le citron dans les huîtres, ni les tartines beurrées et encore moins le vinaigre à l'échalotte qui compliquent l'accord avec le vin, mais essayez une goutte de vin dans l'huître à la place de la goutte de citron !

Procédons par élimination : le rouge et l'iode ne font pas bon ménage, tout comme les vins boisés qui avec leurs notes vanillées, torréfiées ne s'accordent pas très bien avec les huîtres. Evitez également les vins contenant encore des sucres résiduels et préférez des vins légers en alcool.

A partir de là c'est simple et le choix assez vaste. Tous les vins présentant de la vivacité (donc de l'acidité - mûre s'entend -) s'accorderont à merveille avec ces fruits de mer :

Entre-Deux-Mers, Muscadet, Sylvaner, Riesling, Chablis, Graves, Cassis, Quincy, Reuilly, Jasnières, Coteaux du Vendômois, Bourgogne Aligoté, Picpoul de Pinet, Gros Plant, Vin de Savoie, Cheverny, Txakoli de Bizkaia (un vin blanc de la côte basque espagnole)...

Bonne dégustation


lundi 05 novembre 2012

Accords Calamar et Vin

C'est la saison du calamar, et oui même pour les volailles il y a une saison...euh les poissons, enfin les crustacés, je veux dire les céphalopodes. A quelle catégorie appartiennent ces animaux vivant dans la mer, avec des tentacules, un corps bizarre, sans arêtes et sans os ou presque...et qui avant de fuir vous envoient un jet d'encre : peu importe finalement, parce que c'est terriblement bon, enfin quand on aime le calmar !

Le problème du calamar c'est le nettoyage, sauf si on les achète congelés et donc déjà prêts à cuire, mais souvent ils ne sont pas aussi bons que frais et en général les poissonniers les nettoient sans problème.

En fonction de la préparation, la chair du calamar peut être plus ou moins ferme et son goût plus ou moins iodé.

Les différentes façons de le cuire vont donc avoir un impact sur sa texture et son goût et finalement sur le choix du vin que l'on boira en accompagnement de notre plat.

  • En salade, à la plancha ou frit, le calamar gardera une texture ferme un peu caoutchouteuse et sera parfumé à l'ail et arrosé de citron.

On choisira un vin avec une acidité présente sans agressivité, pas trop alcoolisé, sans élevage en bois (à cause des notes épicées et boisées) , jeune, en blanc ou en rosé : Vous trouverez certainement votre bonheur dans les appellations - Entre-deux -Mers, Muscadet, Cheverny, Alsace Sylvaner, Menetou-Salon, Quincy, Reuilly, Piquepoul de Pinet, Cassis, Bourgogne Aligoté, Cassis.

  • Mijotés - à l'armoricaine ou à l'américaine, à la niçoise, à la seitoise -, ces recettes font entrer dans leur composition : de la tomate, de l'ail, un bouquet garni, du vin blanc et pour la recette à l'armoricaine ou à l'américaine du cognac. La longue cuisson de ces recettes, assouplira la texture du calamar, les différents ingrédients enrichiront le goût et la présence de sauce et nous orienteront vers d'autres vins.

Plus ronds (moins acides), plus riches, plus vineux, on pourra choisir un vin blanc ou rosé dans les régions et appellations suivantes : Beaune, Mâcon, Beaujolais pour la Bourgogne, mais aussi le Rhône avec un Crozes-Hermitage, un Saint-Péray, un Saint-Joseph, un Côtes-du-Rhône Villages ou un Tavel en rosé.

D'autres régions offrent également de belles possibilités pour cet accord, je pense notamment au Sud-Ouest avec les appellations Iroulégy, Côtes-du-Marmandais, Buzet.

Le Languedoc avec Limoux, ou la Clairette de Bellegarde vous fera découvrir d'autres vins très agréables avec le calamar cuit de cette manière.

  • Farci, la texture du calamar aura également été rendue plus souple par une cuisson à l'étouffée, mais c'est davantage la farce qui va orienter notre choix quant au vin. Les calamars sont farcis le plus souvent avec leurs propres tentacules, du riz et du lard ; on peut aussi mettre des légumes comme des poivrons, des aubergines ou encore des pignons. Le goût s'en trouve renforcé et dans le cas d'une farce de riz, la texture sera plus crémeuse et un peu plus épaisse.

Pour ce type de préparation, il nous faudra des vins avec une certaine "consistance", peut-être élévés dans du bois sans que ce soit une nécessité et pourquoi pas plus vieux. Agé de 5 à 8 ans un vin Pinot gris d'Alsace, un Bourgogne, un Côtes du Jura, un Arbois, mais aussi un Gaillac ou un Anjou s'en tireront certainement à merveille sur ces plats.

Je vous encourage vraiment à essayer des vins que vous connaissez moins, les surprises n'en seront que meilleures à condition bien sûr de choisir vos vins chez les bons vignerons de ces régions.

Bon appétit et bonne dégustation


mardi 26 juin 2012

Quels vins avec des entrées provencales

C"est l'été depuis le 21 juin ! Pour l'instant ce n'est pas la canicule et on ne va s'en plaindre, mais la rareté du soleil, ainsi que ces journées grises et pluvieuses affectent mon moral.

Pour conjurer le sort, je me lance tout de même dans cet article sur quelques Accords Mets et Vins que l'on peut faire avec des salades et des entrées que l'on a envie de manger quand il fait 30° à l'ombre. On peut partir sur un présupposé d'une cuisine estivale de saison que l'on peut pratiquer à l'extérieur de son appartement ou sa maison : une cuisine de vacances à tendance méditerranéenne. Pour ceux d'entre vous qui passent leurs vacances dans le grand nord canadien, nous étudierons les accords à faire avec la cuisine Inuit dans un article à venir.

Il s'agira donc principalement de salades et de légumes dans ce papier ; on va faire l'impasse sur la vinaigrette et le pire ennemi du vin : le vinaigre, qui contient beaucoup d'acidité. On n'est pas obligé d'en mettre des litres, et le citron dont l'acidité est un peu moins problématique pour le vin remplacera avantageusement le vinaigre. Attention aussi à la moutarde à utiliser avec parcimonie. Certains recommandent de boire de l'eau avec les salades à cause de la présence de vinaigre, je leur laisse prendre leurs responsabilités ! Moi je prends les miennes...

Voici donc quelques salades composées classiques avec lesquelles on privilégiera des vins toniques (qui ne soient pas lourds en alcool et/ou en sucre), avec de la fraîcheur (acidité) et de la simplicité (pas de grands crus, ni de vins âgés), de préférable blancs ou rouges très légers (peu de tannins).

- salade niçoise (tout est réuni pour déplaire au vin : anchois, oeufs, olives noires, légumes crus) : mais tant pis, un   blanc de Provence   à base de  rolle o u de clairette se tirera parfait ement d'affaires tout comme un rosé sec et vif de Loire, du Vendômois ou d'Alsace

- salades de crudités (côté végétal des légumes et leur acidité malique) : vins vifs tels que         sylvaner, pinot blanc, muscadet, entre-deux-mers         ou plus souples et gras tels que vins        blancs du Languedoc, du Roussillon ou d'Espagne à base de maccabeu        

- salades de poissons ou crustacés (pensez l'accord en prenant en compte l'iode et le sel) :  vins très secs comme        petit chablis, sancerre, bourgogne aligoté ou        moins secs comme       châteauneuf-du-pape blanc, palette       (vin de Provence) et pour les amateurs      rosé de Tavel ou du Languedoc       

- tomates mozarella : vins      blancs italiens des Marches, de Sicile ou un Côtes du Rhône blanc      mais aussi un     vin rosé pas trop lourd     accompagneront un peu par défaut ce plat qui ne transcendera pas le vin 

D'autres entrées font partie des plaisirs de cette cuisine estivale :

- artichauts à la barigoule (huile d'olive, lardons ou jambon de pays et oignons émincés) :     Coteaux d'Aix, Coteaux Varois en Provence, Coteaux de Pierrevert, Costière de Nîmes ou encore Bandol en blanc comme en rosé    

 - un grand classique le melon : on répondra au sucre du melon par le sucre du fruit en choisissant des     vins blancs moelleux type VDN     (vins doux naturels) avec les    Muscat-de Rivesaltes, de Frontignan, de Saint-Jean-de-Minervois, de Lunel ou de Mireval    ; mais un   Mscat de Beaume de Venise   ou du  Cap Corse  conviendra également.   

 - si des tranches de jambon accompagnent le melon on se tournera vers un rosé plutôt gras avec du corps comme un  Bandol, un Tavel ou un Bordeaux Clairet 

 - des poivrons rouges grillés : difficile et ne pas se mettre la rate au court bouillon et continuer avec le vin qui accompagne les autres entrées...

 - autre classique provencal, la tapenade :  cette purée d'olives, d'anchois, de câpres liée à l'huile d'olive demande des  vins blancs puissants  que l'on trouvera dans le Rhône, le Languedoc ou le Gaillacois 

Voici donc quelques idées pour choisir les vins qui accompagneront vos entrées cet été pendant vos vacances sous le soleil, n'hésitez pas à me signaler tout oubli dans cette liste,  il ne s'agit là que de quelques exemples.

Bonne dégustation


- page 1 de 2