• 06 79 46 18 75
  • Contact


vendredi 17 mars 2017

Les odeurs

Les arômes dans le vin sont souvent difficiles à détecter et identifier

Lire la suite...


mardi 15 décembre 2015

Vins d'Alsace

J'ai gardé quelques bouteilles dans ma cave.

Entre autre cette bouteille du domaine Kientzler de Pinot Gris Séléction de Grains Nobles 1989... et que j'ai goûtée récemment.

Un vin qui avait 26 ans.

La couleur était foncée et ambrée. Les arômes presque puissants mais tellement agréables et fins sentaient le miel, les fruits exotiques, les raisins de Corinthe et des épices qui rappelaient le safran.

En bouche beaucoup de finesse avec pas mal de sucre, mais du sucre "vieux" qui a eu le temps de se fondre et s'est allégé avec le temps. Un vin onctueux, ample, sans aucune lourdeur qui accompagnait très bien le flan à l'ananas servi en dessert.

Je trouve que le sucre dans le vin est beaucoup plus intéressant après quelques années de vieillissement.

J'ai bien fait d'attendre un peu wink

Alors si vous en avez la possibilité et la patience : gardez quelques bouteilles à ouvrir ... un jour.

SGN_KIENTZLER_1989.jpg

Bonne dégustation

 

 


mercredi 06 mai 2015

Commentaires de dégustation

Vin dégusté récemment :

Riesling Clos Windsbuhl 2007 du Domaine Zind Humbrecht

Domaine mythique d'Alsace situé à TURCKHEIM et qui est conduit en biodynamie depuis des lustres. Les vins sont toujours très précis, intenses et très buvableswink

La couleur est jaune or, le nez assez aromatique et très fin rappelle les fruits jaunes, les agrumes ainsi que les fruits exotiques (fruit de la passion : par exemple), tout ces fruits sont accompagnés par cette sensation difficile à décrire et qui évoque la minéralité : le terroir prend le dessus sur le cépage ?

Le vin se montre dense, plein, acidulé et pur : encore un jeunot, un vrai plaisir. Et en plus il est long... encore le terroir.

Vous pourrez boire se vin en début de repas sur des crustacés ou des terrines de volailles par exemple, mais ce vin ce boit tout seul aussi.

Bonne dégustation

 


lundi 25 août 2014

Château Margaux

Qu'est ce qu'un second vin ?

C'est un vin produit avec des raisins issus de vignes plus jeunes, ou de parcelles jugées moins qualitatives que celles qui rentrent dans la composition du Château ; il peut encore s'agir de cuvées qui une fois vinifiées ne sont pas assemblées à celles qui composent le grand vin.

Certains seconds vins sont très connus et vendus à des prix très élevés. Parmi les plus connus, on peut citer les Carruades de Lafite (Château Lafite), Les Forts de Latour (Château Latour), Clos du Marquis (Château Leoville Las Cases), Les Tourelles de Longueville (Château Pichon Longueville), Réserve de La Comtesse (Comtesse de Lalande), La Dame de Montrose (Château Montrose).

Certains seconds vins affichent une qualité très élevée. Ils offrent aussi l'avantage d'être plus rapidement prêts à boire que le grand château. On murmure aussi que certains seconds vins sont meilleurs que certains premiers vins... mais on murmure tant de choses à Bordeaux ; car il s'agit d'une pratique plus répandue à Bordeaux qu'ailleurs.

J'ai dégusté récemment un de ces seconds vins et non des moindre : il s'agit du second vin de Château Margaux : Pavillon Rouge de Château Margaux.

Contrairement à la plupart des seconds vins crées il y a trente ou quarante ans, le Pavillon Rouge du Château Margaux date de 1908... il y même un troisième vin à Château Margaux, et depuis 2009 un quatrième vin vendu à quelques négociants bordelais !

Le Pavillon Rouge que j'ai eu la chance de goûter était un 2008 : la couleur très intense était encore jeune, sans signe d'évolution ; le nez très fin et complexe associait fruits noirs, épices et des notes boisées bien intégrées sans aucune lourdeur ; en bouche le vin se montrait soyeux, dense, une matière délicate, onctueuse, ciselée avec beaucoup de précision et de droiture. Un très beau vin exprimant parfaitement la délicatesse du terroir de Margaux et qui a encore un bel avenir devant lui.

Bonne dégustation


lundi 18 août 2014

Dégustation de vin rare

J'ai récemment proposé au cours d'une animation un vin qui ne m'a pas laissé indiférent.

Il s'agit d'un Condrieu du Domaine Yves Cuilleron Cuvée Bourasseau millésime 2009.

L'appellation Condrieu se situe au nord de la partie septentrionale de la région Rhône. Cette appellation ne produit que des vins blancs à partir du cépage Viognier. Longtemps, j'ai bu du Condrieu... jusqu'à m'en lasser ; mais là je dois dire que ce vin ne peut pas laisser indiférent.

Souvent les Condrieu sont reconnaissables aux arômes riches du cépage Viognier (abricot, violette, fruits exotiques)... parfois jusqu'à la caricature ; un peu à l'image de certains Gewurztraminer ou certains Sancerre. J'ai lu un jour cette phrase, certes un peu définitive mais à méditer tout de même - je cite de mémoire -  : " Si on reconnait un cépage dans un vin, c'est qu'il est raté". Il est vrai que beaucoup de vins actuels ne sont en définitive que des "clones de cépages". L'approche "moderne" de beaucoup de consommateurs par le seul biais du cépage y est peut-être pour quelque chose ! La réponse d'une partie des producteurs de vin en mettant de plus en plus en avant les cépages y est probablement pour autre chose !  Bref, revenons au vin en question.

En l'occurence un vin de terroir dont le sol granitique et peu profond en terrasse, sert de berceau à des vignes plantées il y a environ 70 ans. La culture de la vigne s'effectue sans insecticide ni pesticide, les traitements rares et réalisés en fonction de la météo, les engrais très faibles sont uniquement organiques, et les rendements très faibles.

Tout ceci donne un vin "haute couture" comme indiqué sur le site du producteur. Le vin - encore fermé - offre un nez floral et minéral très délicat ; en bouche le vin est dense (surtout à son âge), et léger ; c'est la différence entre un kilo de dentelles et un kilo de plomb ! La matière est sans lourdeur accompagnée d'une finale légèrement austère et très très longue. Le vin vieillira certainement sans encombre et j'imagine qu'il deviendra un petit bijou avec le temps.

Vous l'aurez compris, j'ai aimé ce vin. Alors bien sûr on pourra dire que vu son prix c'est normal : environ 100€ ; mais malheureusement bien des vins dans cette gamme de prix sont aussi lourds que leur prix. Les appellations connues et qui rassurent, figurent souvent au palmarès des appellations produisant des vins lourdingues et indigestes.

Et bonne nouvelle, le domaine Yves Cuilleron ne produit pas que des vins chers, et tous ont la patte maison : ils sont très buvables.

Bonne dégustation

 


mardi 01 juillet 2014

Vin de glace

Voici un vin que j'ai récemment goûté et dont j'aimerais dire un mot :

Il s'agit d'un Icewine du Domaine Inniskillin, cépage vidal. Ce domaine se situe dans le sud du Canada tout prêt des chutes du Niagara et produit des vins de glace, ainsi que des vins rouges et blancs.

Les raisins sont vendangés à -10°C et chaque grappe ne donne que quelques gouttes d'un jus très sucré qui est ensuite vinifié pour donner cette véritable friandise.

Comme vous pouvez voir, la couleur est intense et le vin apparaît comme dense :

Le nez (je n'ai pas de photos des arômes !) assez puissant mais très fin évoque l'abricot, le fruit de la passion, la pêche, le miel.

Le vin est onctueux, avec juste ce qu'il faut d'acidité pour équilibrer le sucre et les 9,5° d'alcool. Un vin délicat à boire avec une tarte tatin ou des canalés bordelais, mais on peut aussi le siroter doucement en lisant par exemple. A vous de choisir.

                   Bonne dégustation


lundi 09 juin 2014

Dégustation à l'aveugle

Lundi 2 juin, je me suis rendu au Winelab : un évènement dégustation qui avait lieu au carreau de Temple à Paris dans le 3ème arrondissement. Organisé par Messieurs Bettane et Desseauve cette dégustation réunissait environ 180 vignerons.

Deux vignerons avec lesquels je travaille étaient présents : le Clos Puy Arnaud dans l'appellation Bordeaux Côtes de Castillon et le Domaine Zusslin en Alsace.

Outre les vins que je connaissais, j'ai pu déguster le Pinot Noir Bollenberg Cuvée Harmonie 2010 du domaine Zusslin. Extraordinaire de finesse et de précision, c'est gourmand, pur et bon. J'aime rarement les pinots noirs en Alsace (foi d'alsacien), mais là...wink. Dans des dégustations à l'aveugle, ce vin est toujours comparé à des grands vins de Bourgogne. Le preuve que l'on peux trouver de très bons vins issus de ce cépage ailleurs qu'en Bourgogne et que l'Alsace est aussi une terre de vins rouges ; le prix de cette cuvée est par ailleurs comparable aux prix bourguignons... à mon sens ce prix est justifié.

A propos de dégustation à l'aveugle, cet évènement proposait deux tables de dégustations à l'aveugle et je me suis confronté à cet exercice en pensant à tous les participants des stages Vigne & Sens à qui je fais subir ce test.

Voici donc les vins à déguster :             voici ma situation           et voici le résultat

  • La première réflexion qui m'est venue à l'esprit concernait la difficulté (relative) de l'exercice.

En se concentrant au mieux sur la couleur, les arômes et les caractéristiques gustatives des vins dégustés, notre mémoire n'associe pas facilement ces sensations avec un nom de cépage, de région ou d'appellation. J'ai trouvé quelques cépages, quelques régions et deux appellations. Le taux de bonnes réponses était à peu près le même autour de moi... ouf l'honneur est saufangel. Les personnes présentes ont toutes souligné l'importance de la première impression. Pas toujours la plus proche de la bonne réponse, mais souvent la plus éloignée de la mauvaise !! Des choses plus "justes" sont dites spontanément alors qu'une longue réflexion aurait tendance à diluer ce que l'on ressent. Et après tout, l'important est de participer ; personne n'est allé en enfer en se trompant sur un vin.

  • Ensuite, ce qui m'a amusé, c'est l'aspect ludique.

Il régnait en effet, une bonne ambiance autour des tables (une table pour les vins rouges et une autre pour les vins blancs). Personne ne se prenait vraiment au sérieux, tout le monde parlait avec tout le monde et échangeait beaucoup. Ce qui revenait dans les discussions était l'aspect un peu déroutant de cet exercice, mais aussi la faible qualité des vins dégustés.

Je me suis fait une autre remarque en partant : peu de femmes étaient présentes autour de ces tables alors qu'elles étaient pourtant nombreuses ce jour là.

Bonne dégustation.

 

 

 

 

 

 


lundi 19 mai 2014

Promenades gourmandes à Paris

Du 21 au 24 mai se dérouleront Les heures heureuses de Paris ; parcours gourmands au cours desquels vous pourrez goûter une bouchée de chaque établissement partenaire de l'évènement pour 2€.

Il vous suffira de vous procurer un passeport à l’accueil de l’Hôtel de Ville, 29 rue de Rivoli 75004 Paris – (Métro Hôtel de Ville : ligne 1 et 11) de 10h à 19h, à l'accueil des mairies d'arrondissement  de 8h à 17h ou dans tous les établissements qui participent à l'évènement.

Des balades vous seront proposées au cours desquelles vous pourrez déguster : une boulette d'agneau aux herbes et citron Meyer, un keylime confit carotte et coriandre ou encore un ceviche du jour rue du Nil dans le 2ème arrondissement ou encore un Poulpe rôti, soubressade estragon, mini cornes de gazelle dans la courette du superbe restaurant O'Divin dans le 19ème arrondissement.

Vous trouverez probablement dans certains lieux le vin qui accompagnera votre bouchée.

Bonne balade et bonne dégustation

 

 


mardi 08 avril 2014

Commentaire de dégustation

Voici quelques mots sur des vins dégustés, et que j'ai particulièrement aimés.

Appellation Vacqueyras

Domaine le Sang du Cailloux, cuvée Lopy 2008, les cépages sont à 75% le Grenache, 25% la Syrah ; vignes de plus de 65 ans, sur des argilo-calcaire et des galets roulés. Les rendements en 2008 ont été de 24,70 hl/ha, alors que les rendements autorisé sont de 36hl/ha...La vendange est entièrement manuelle.

Les grappes sont éraflées à 100 %, c'est à dire que les baies ont été séparées des rafles. C'est un choix du vigneron qui comporte des avantages et des inconvénients. La vinification est traditionnelle dans des cuves bétons avec des remontages quotidiens : technique qui consiste à pomper le jus et à le remonter au-dessus du chapeau.de marc pour le "mouiller" avec le jus, afin que celui-ci s'imprègne des polyphénols contenus dans la peau des raisins.

Puis, le vin est élevé pendant 12 à 15 mois dans des tonneaux de 450 litres et mise en bouteille sans collage ni filtration.

Ce 2008 avait une couleur encore jeune (grenat sombre), un nez de fruits noirs, d'épices (poivre) et quelque notes fumées ; le vin est structuré en bouche sans lourdeur, avec des tannins fondus et beaucoup de jus, c'est à dire qu'il est puissant ; avec de tels rendements ce n'est pas étonnant, la finale est longue. Même Robert Parker lui a donné un 93 sur 100 et Mr Bettane & Desseauve un 16.5/20...c'est dire. Je lui donne la note de grande buvabilité.

A garder encore quelques années, à boire sur des viandes mijotées par exemple.

Bonne dégustation

 

 

 


lundi 26 août 2013

La réduction

Parfois à l'ouverture, certains vins présentent une odeur mélangeant : le renfermé, la cave humide, la viande faisandée (odeurs animales) ou encore l'oeuf plus très frais !

C'est ce qu'on appelle la réduction.

La réduction c'est l'inverse de l'oxydation et ces odeurs sont donc dues à un manque d'oxygène dans la bouteille. C'est normal me direz-vous, dans une bouteille fermée il n'y a pas beaucoup d'oxygène enfermé au moment de la mise en bouteille. Mais alors pourquoi certaines bouteilles développent-elles cette odeur et d'autres non.

Certains cépages sont plus réducteurs que d'autres : la syrah et le mourvèdre par exemple et certains vins également.

Plusieurs causes sont avancées pour expliquer l'apparition de ces odeurs :

  • une mauvaise gestion de l'oxygène au moment de la vinification (élevage sur lies par exemple)
  • un excès de souffre (SO2) au moment de la mise en bouteille mal digéré par le vin
  • de mauvaises conditions de stockage

Mais pas de panique, cette mauvaise odeur disparait après agitation de votre verre ou mieux encore et si vous avez le temps : un passage de votre vin en carafe pendant une quizaine de minutes.

Si les symptômes persistent...consultez soit votre vigneron, votre caviste ou encore votre sommelier. Dans ce cas il pourrait s'agir de défauts plus graves qui eux ne disparraissent pas à l'agitation de votre verre. Demandez à ce que l'on vous change la bouteille.

Si vous ramenez une telle bouteille à votre caviste par exemple, ne lui présentez pas une bouteille presque vide wink

Bonne dégustation


vendredi 24 mai 2013

Dégustation

Je suis allé à la degustation organisée par la Revue du Vin de France qui se tenait vendredi dernier au Palais Brongniard au métro Bourse.

Beaucoup de monde, beaucoup de vignerons et beaucoup de vins.

J'ai regoûté les vins du Domaine de Sainte-Croix en Corbières que vous avez peut-être goûté pendant les stages Vigne & Sens. La cuvée La Serres 2011 en blanc est toujours aussi équilibrée, sans aucune lourdeur, ce qui n'est pas toujours le cas pour les vins blancs du sud de la France, ensuite le Fournas 2010 du fruit à revendre, puis la cuvée Carignan 2007 issue de très vieux ceps pour certains centenaires : un vin fougueux comme un jeune matador mais tellement sincère et droit ; et enfin la cuvée Cèlestra 2010 à base de vieux grenache et carignan dont la densité nécessitera un peu de temps avant que ce vin veuille bien se livrer un peu plus, pour l'instant il est un peu bougon angry !

Jon Bowen le vigneron n'avait pas apporté la cuvée Pourboire, un vin vinifié sans aucun ajout de souffre, de levures, de tannins, d’enzymes, de produits de collage etc etc, ceux qui ont goûté ce vin se souviennent certainement d'un vin pur et surtout très buvable ; il y en aura à la rentrée pendant les stages...cheeky

Mais avant j'étais passé par la case Alsace et plus précisement la case Valentin Zusslin.

J'ai goûté dans l'ordre : le Pinot Blanc 2010 très proche du fruit que l'on appelle le raisin wink, un Crémant sans souffre et non dosé ( un petit bijou de pureté), un Riesling Clos Liebenberg 2010, ensuite le Riesling Grand Cru Pfingstberg dans le millésimes 2010, 2009 et 2008. Ce dernier étant un très grand vin, mais les autres grandiront aussicool

Enfin, les pinot noir m'ont conforté dans l'idée que l'Alsace était aussi une terre à vins rouges.

Pour finir, j'ai fait une escale à la table du Château Mazeyres (Pomerol) et Château Fonroque (Saint-Emilion Grand Cru Classé) pour y regoûter des vins également à la carte des stages Vigne & Sens. J'ai eu la chance de goûter les millésimes 2011, 2010, 2007 et 2006 du Château Mazeyres qui présentaient de la puissance et de la droiture avec beaucoup de fruit ; ensuite Fonroque en 2011, 2010 et 2007. Les vins de ce château concentrent la pureté du fruit associé au terroir quand celui-ci est respecté par ceux qui le travaillent...ce qui est le cas à Fonroque.


mardi 30 avril 2013

Vins des Côtes de Duras

Il y a quelques jours, je suis allé à une dégustation organisée par Les Vignerons de Duras. Voici une carte du sud-ouest pour vous situer cette appellation qui se trouve au sud-est de Bordeaux.

L'appellation couvre 1500 hectares et produit environ 55% de vins rouges, 35% de vins blancs avec quelques vins moelleux et 10% de vins rosés.

Les cépages rouges cultivés sont le merlot, le cabernet sauvignon, le cabernet franc et le malbec et les cépages blancs le sauvignon, le sémillon, la muscadelle, l'ondenc.

La qualité des vins dégustés s'est avérée homogène et certains de ces vins n'ont rien à envier à leur prestigieux voisin bordelais.

Cependant au cours de cette dégustation, ce sont les vins du Vignoble Les Hauts de Riquets qui ont retenu mon attention.

Dans un premier temps deux vins blancs :

La première cuvée goûtée s'appelait L'Amuse, un assemblage de sauvignon et de sémillon, au nez citronné, léger, très agréable ;

puis la cuvée Orchis  - pur sauvignon - vinifié en levures indigènes et élevé en barriques  - non neuves - de 500 et 250 litres pendant environ 12 mois sur lies fines; un vin gras, dense, sans lourdeur.

Ensuite, deux vins rouges :

la cuvée Mignon, un assemblage de merlot et de malbec, qui offrait une texture soyeuse et gourmande après un nez tout en finesse

et la cuvée La Muguette 100% merlot, élevée 18 mois en fûts ; un vin puissant, sans austérité, long et intense, à boire en accompagnement d'un carré d'agneau par exemple.

Le Vignoble Les Hauts de Riquets est en biodynamie, les levures sont indigènes, l'élevage ne masque pas le fruit et les vins donnent l'impression d'avoir été faits avec des raisinscool

Voilà, je ne sais pas si vous connaissiez l'appellation Côtes de Duras, en tout cas j'espère que ces quelques lignes vous donneront envie de les goûter.

Bonne dégustation


mardi 11 septembre 2012

Fêtes des Régions

Les 5,6 et 7 octobre 2012 se tiendra Place Stalingrad à Paris dans le 19ème arrondissement devant le restaurant La Rotonde, La Fête des Régions.

Il y aura à manger, à boire, du folklore, plein de lots à gagner et...Vigne & Sens le dimanche 7 de 16h00 à 19h00.

J'aurai le plaisir de vous accueillir le verre à la main pour un mini cours de dégustation et des places à gagner au stage Fromages & Vins.

Vous trouverez toutes les informations concernant les exposants, les lots à gagner, les festivités sur le site de Parcours France.

A dimanche et bonne dégustation


mercredi 29 août 2012

Dégustation

On me dit souvent que les vins des Côtes du Rhône ne viellissent pas ou en tout cas mal !

J'ai récemment eu la preuve du contraire en dégustant un Côtes du Rhône Villages Cairanne Cuvée Prestige 1998 du Domaine de l'Oratoire Saint-Martin à Cairanne dans le Vaucluse. Cette cuvée est issues de vieilles vignes plantées en 1905 et se compose de 60% de grenache et de 40% de mourvèdre.

Plantée sur des sols argilo-calcaire, les rendements ne dépassent pas les 18hl/ha. Les vendanges sont manuelles, un tri, ainsi qu'un éraflage sont effectués avant la vinification qui se fait en cuve et qui dure 15 jours avec quelques pigeages.

La couleur était encore sombre avec les bords acajou, le nez complexe avec des notes d'épices, de cuir et d'herbes arômatiques et la bouche fondue, puissante, intense et gourmande. Il faut dire que 1998 avait été un millésime particulièrement mûr ; ajoutez à cela des vignes de presque 100 ans...en 1998 vous avez un très beau vin de garde. Le domaine propose aussi d'autres cuvées, à boire presque dans l'immédiat !

Bonne dégustation


lundi 16 juillet 2012

Paroles de Vin

D'où viennent les expressions du langage courant et plus particulièrement celles ayant trait au vin ?

Il y a des expressions dont l'origine est incertaine, c'est le cas de l'expression "se murger".

"Se murger" viendrait du verlan "longer les murs" exercice pratiqué après une dégustation où l'on aurait caché les crachoirs ! Ce qui n'est pas le cas durant les stages Vigne & Sens.

On dit aussi qu'elle viendrait de l'écrivain français Henri Murger (1822 - 1861) chantre de la vie de bohème ; il  fut contraint par son père de quitter la maison familiale quand il lui annonça sa vocation de devenir écrivain. Il faisait partie dans sa jeunesse des "Buveurs d'eau", association des jeunes écrivains qui n'avaient pas les moyens de boire autre chose que de l'eau : ce serait un comble que cette explication soit la bonne !

L'explication sur internet proposant l'anglais "to merge" qui voudrait dire "perdre conscience de son identité" paraît un peu courte dans la mesure où "to merge" d'après un dictionnaire version papier donne la traduction suivante : fondre, fusionner, se perdre, confondre. Bon ! Sans crachoir on peut parfois se perdre...et confondre.

Et enfin, cette explication qui paraît plus satisfaisante avec une source citée à l'appui : "Parlez-vous l'argot de Paname", avance la choses suivante et sans tituber !

La rue Alphonse Murge longeait les entrepôts de vin de Bercy avant leur démolition. Les marchands de vin avaient leur entrée dans cette rue et allaient y faire de fréquents travaux pratiques ! Un peu comme chez Vigne & Sens...En sortant et n'ayant toujours pas trouvé de crachoirs, ils longeaient les murs de la rue Murge et l'expression "se murger" était née.

En viticulture, un murger est aussi un mur constitué des pierres déterrées lors des épierrages ou des défrichements pour planter de la vigne ; il existe d'ailleurs à Nuits Saint Georges un 1er cru appelé "Aux Murgers" , à Saint-Aubin un autre 1er cru  "Les Murgers des Dents de Chien" et également un lieu-dit "Au Murger de Monthélie" à Meursault qui lui n'est pas un 1er cru.

Bonne dégustation et bonne lecture


mercredi 13 juin 2012

Vins de Gaillac

Lundi 11 juin 2011 était organisée par l'association Terres de Gaillac, une dégustation de vin de ...Gaillac. Treize producteurs faisaient goûter leurs vins, plus quelques très belles eaux de vie et cette dégustation se déroulait au restaurant Youpi et voilà à Paris.

Bien organisé, tout proche de mon domicile( pratique), 90 produits en dégustation, de quoi se réjouir. Je n'ai goûté que 29 vins par manque de temps, c'est pourquoi mon commentaire ne peut pas être exhaustif ni complet.

Je signalerai quand même un petit coup de coeur : le Domaine de Brin de Damien BONNET : jeune vigneron prometteur qui produit des vins précis, francs et longs. Son Mauzac était bon, riche, très buvable avec un peu de sucre résiduel , la cuvée Pierres Blanches 2010 un vin sec, droit et tendu. Ces deux vins donnaient envie d'en savoir plus sur ce domaine ; les vins rouges confirmaient la première impression avec la cuvée Vendemia 2009, un assemblage de Duras, Braucol, Syrah et Cabernet-Sauvignon : juteux, proche du fruit dont les tannins sont un appel à une entrecôte bien en chair ; la cuvée Anthocyanes 2010 un assemblage de braucol, syrah et merlot, élevée 12 mois en barriques qui réussit à allier puissance et finesse. La cuvée Brin de Temps associe les cépages braucol, duras et cabernet-sauvignon, avec un long élevage en barriques ; ce vin à l'olfaction rappelle le pruneau et les épices (poivre) et en bouche se révèle généreux et plein mais il faudra vous montrer patients avant d'en apprécier toutes les qualités. Les vins doux ne sont pas en reste avec les cuvées Brin de Folie (un rosé doux) et la cuvée Loin de l'Oeil du nom de ce cépage typique du sud-ouest. En fait les vins de Damien Bonnet concentrent en eux tout simplement les qualités de ce beau terroir qu'est le gaillacois, les qualités du fruit et son travail.

Je ne vous quitterai pas sans parler d'un autre domaine que certains participants aux stages Vigne & Sens ont pu goûter. Il s'agit du Domaine de Causse Marines de Patrice Lescarret et Virginie Maignien à Vieux.

Que ce soit les cuvées de vins blancs comme Les Greilles, le Dencon ou encore le Zacmau, ainsi que les cuvées de vins rouges : Peyrouzelles, Rasdu ou 7 Souris, à chaque fois c'est pareil et (d)étonnant : tous ces vins associent respect du terroir, gourmandise, générosité non sans une nécessaire pointe d'humour sur les étiquettes.

Vous trouverez d'autres informations sur le site des vins de Gaillac, ses différentes mentions ainsi que ses 14 cépages.

Bonne dégustation

         


mardi 03 avril 2012

Agriturismo et vins d'Italie

Je reviens d'italie et voudrais vous parler d'un endroit où j'ai passé quelques jours.

La côte Amalfitaine au sud de Naples est probablement une des plus belles côtes de la Méditerranée. Des falaises tombant dans l'eau, de petits villages qui vous donnent envie d'y rester.

Furore est un de ces villages. Nous y avons passé deux jours et avons été accueillis par la famille Fusco à l'Agriturismo Serafina.

Au milieu des vignes et des citronniers se perche leur ferme dans un endroit calme que l'on quitte avec beaucoup de regrets.

Au confort du lieu, s'ajoute l'accueil de Giuseppina, Rosa, Elena et Domenico. Rosa parle très bien le français et tout le monde s'applique à rendre votre séjour agréable.

Dès votre arrivée vous remarquerez les tomates qui sèchent au plafond, et la visite des lieux vous mettra très vite en appétit.

La cuisine est faite à partir des produits de la ferme : charcuteries, viande, légumes, fruits, légumes, et le vin fait maison s'accorde parfaitement à cette cuisine.

Les vins servis sont bons et francs, faits à partir de cépages locaux tels que le Tronto, le Tintore et le Piedirosso pour les vins rouges et le Ginestra, le Fenile, le Ripoli et le Pepella pour les blancs. Voici quelques informations sur certains de ces cépages rares.

Domenico vous en parlera avec passion au cours du repas servi dans la grande salle à manger. Nous avons dégusté ces vins avec plaisir, mais aussi avec respect ;  il suffit en effet d'imaginer le travail que représente cette culture, en observant les fortes pentes sur lesquelles sont plantées ces vignes.

Voilà mon coup de coeur de ce séjour en Italie qui associait calme, chaleur de l'accueil, un peu de vin et beaucoup de soleil.

Salute


samedi 21 janvier 2012

Vins chinois

Voici deux articles intéressants qui illustrent que la dégustation à l'aveugle ne ment jamais. Les nouveaux vins arrivent en force.

A lire sur le site Plein Champs l'article : Des vins chinois surclassent des Bordeaux et  sur le site de la Revue du Vin de France :Bordeaux contre Ningxia » : le vrai match des vins reste à jouer

Bonne lecture et bonne dégustation.


jeudi 17 novembre 2011

Le Vin Remède

Ce matin sur France culture la chronique de Philippe Meyer...sur le vin qui soigne : dégustation auditive

A déguster avec les oreilles.

Santé