• 06 79 46 18 75
  • Contact


Aspetcs techniques, informations sur ce que contient le vin, cépages : de nombreuses questions que vous sous posez sur le monde du vin.

lundi 26 juin 2017

Pesticides

Jusqu'où faudra-t-il aller pour se résoudre à réellement aborder le problème des pesticides dans le monde et en France ?
 

Lire la suite...


lundi 12 juin 2017

Vins oranges

La quatrième couleur du vin.

Lire la suite...


mardi 09 mai 2017

Dans certains vins il n'y a pas que du raisin 3

L'acidité des vins est mal perçue

Lire la suite...


lundi 03 avril 2017

Dans certains vins il n'y a pas que du raisin 2

Les intrants œnologiques dans le vin...encore

Lire la suite...


lundi 20 février 2017

Dans certains vins il n'y a pas que du raisin

Les intrants œnologiques dans le vin

Lire la suite...


lundi 28 novembre 2016

Vins Egyptiens

On produisait du vin en Egypte il y a 3000 ans.
 

Lire la suite...


lundi 15 août 2016

Foudre

Un foudre, c'est quoi ?

Lire la suite...


mardi 07 juin 2016

Vins en Biodynamie

Ici, on a des oiseaux, on a pas besoin d'insecticides

Lire la suite...


lundi 30 mai 2016

Vins allemands

Je me suis rendu en Moselle allemande récemment.
 

Lire la suite...


jeudi 26 mai 2016

Gel dans les vignes

Il a gelé à Chablis dans les vignes en avril

Lire la suite...


mardi 26 janvier 2016

Vins corses

Il existe en Corse des cépages dont les noms ne sont pas très familiers.

Lire la suite...


lundi 07 septembre 2015

Odeur de bouchon

L'odeur de bouchon due au TCA (Trichloroanisole) n'est pas toujours facile à détecter.

Dans un des cours de Vigne & Sens (Apprendre à différencier les Régions viticoles), j'apporte une bouteille présentant ce défaut afin de permettre aux participants de mémoriser cette odeur.

Mais j'ai de la concurrence.

Partant du principe que l'odorat des chiens est beaucoup plus développé que le nôtre, des vignerons australiens ont eu l'idée de dresser leur chienne à la détection des bouchons contaminés par l'odeur de bouchon.

Dès l'âge de 2 ans, la chienne a été invitée (par des mots tels que "goût de bouchon" ou "inspecte") à détecter des bouchons dispersés dans le jardin ; ces bouchons avaient été contaminés artificiellement par des TCA synthétiques.

Au bout de deux semaines la chienne les détectait en 30 secondes wink. Depuis, elle arrive à trouver l'odeur de bouchon dans une barrique !

Aujourd'hui, elle a remplacé le maître de chai... je plaisante !

L'histoire ne dit pas si cette aptitude a été généralisée ou testée par d'autres domaines viticoles.

Bonne dégustation


lundi 17 août 2015

Tonneliers

Elevés en fûts de chêne

Cette mention parfois présente sur les étiquettes des bouteilles de vin, indique que le vin - à un certain stade de sa vinification - a été logé dans des fûts de chêne.

Les vins peuvent être placés dans des fûts neufs ou des fûts ayant déjà servi ; ils peuvent également y faire leur fermentation ou simplement y être élevés après celle-ci pendant un temps plus ou moins long : de quelque semaines à plusieurs années, et ceci en fonction des régions, des millésimes et bien sûr du choix du vigneron.

Les durées d'élevage, le choix des fûts, les chauffes effectuées par les tonneliers à la demande du vigneron auront un impact sur le vin en terme d'arômes, de goût et d'aptitude au vieillissement. Les vins élevés en fûts de chêne présentent des arômes de vanille, de noix de coco ou de torréfaction. Tous les vins n'ont pas la structure et la charpente pour supporter un passage en fût, et malheureusement on trouve sur le marché pas mal de vins dont la seule qualité est d'être boisé...et ce boisé ne provient pas toujours d'un passage en fûts de chêne. Arômatisation par des levures, copeaux de bois sont les principales méthodes utilisées pour apporter ces arômes angry !

Notez que le cahier des charges de certaines appellations, les oblige à élever leurs vins dans des fûts ou des foudres en bois un temps plus ou moins long ; c'est le cas notamment des appellations Bandol ou Bordeaux supérieurs par exemple.

Il existe une profession dont l'importance est primordiale et qui est rarement évoquée lors des dégustations : c'est celle de tonnelier.

La Fédération des Tonneliers de France regroupe une cinquantaine d'adhérents.

Principalement situées dans les régions viticoles, ces entreprises représentent plus de 1700 emplois et ont produit quelques 532990 fûts en 2013.

Tous ces fûts, ne sont pas utilisés en France, beaucoup partent à l'exportation. Le savoir faire des tonneliers français est toujours reconnu dans le monde entier.

Bonne dégustation


lundi 10 août 2015

La Blanquette de Limoux

C'est la Blanquette de Limoux qui au 16ème siècle a été la première à mousser.

Bien avant le Champagne !

Dans l'appellation Limoux, on trouve des vins rouges et blancs, mais ce sont surtout les vins effervescents qui font la réputation de cette ville de l'arrière pays Languedocien.

Plusieurs types de vins effervescents sont produits à Limoux.

  • Le Crémant de Limoux est un vin dont l'effervescence est obtenue par la méthode traditionnelle (méthode champenoise) et dont la composition en terme de cépage doit être supérieure à 90% pour le couple chardonnay et chenin ; on peut y ajouter du Mauzac noir et du pinot noir. On peut boire ce vin à l'apéritif ou avec des fromages à pâte molle.
  • La Blanquette de Limoux est un vin effervescent obtenu à partir de la même méthode traditionnelle (méthode similaire à la méthode champenoise) et qui se fait avec les cépages Mauzac (minimum 90%) auquel on peut ajouter du chenin et du chardonnay. En accompagnement d'un poisson en sauce ou d'une volaille grillée si le vin est sec ou d'un dessert en version demi-sec.
  • La Blanquette de Limoux méthode ancestrale doit son effervescence à une reprise de fermentation uniquement due aux sucres et aux levures naturellement présents dans le vin. Le seul cépage autorisé pour ce type de vin est le Mauzac. Vin léger en alcool et légèrement sucré, la Blanquette méthode ancestrale est un vin qui peut se boire à l'apéritif ou sur des desserts à base de fruits rouges par exemple, mais aussi sur des crêpes sucrées.

Bonne dégustation


mardi 23 juin 2015

La couleur des capsules sur les bouteilles de vin

En 2013, j'avais publié un article sur la signification des couleurs des capsules sur les bouteilles de vin, ainsi que celle des chiffres et lettres qui figurent sur le dessus de ces capsules.

Je vous invite à visionner cette vidéo publiée sur le site de Vin & Société dans laquelle j'ai été convié à en parler ; petit rappel pour ceux qui n'ont pas vu l'article.

J'attire votre attention sur le fait, qu'une nouvelle capsule couleur lie-de-vin peut désormais remplacer les capsules vertes et bleues. Cette possibilité ne concerne pas les champagnes, ni les vins doux naturels bénéficiant d'une appellation d'origine contrôlée (Banyuls ou Maury par exemple), ni les boissons fiscalement assimilées au vin....n'entrons pas dans les détails.

Pour d'autres raisons (liées au vin quand même), vous pouvez également jeter un coup d'oeil à cette minute vin consacré au 19ème arrondissement... c'est l'endroit où je vis à Paris. Cet article retrace la journée vendange à laquelle j'ai participé en octobre 2013 sur la Butte Bergeyre : sujet de cette minute vin.

Bonne dégustation


mercredi 17 juin 2015

Fêtes des Pères

Idée cadeau pour un Papa amateur de vin et jardinier

Si votre Père aime le vin et le jardinage, voici un cadeau qui pourra faire mouche.

Le recyclage des caisses de vin en jardinières. Toutes ces caisses de vin vides qui s'entassent et encombrent vont avoir une seconde vie grâce à cette idée économique et écologique. Onze millions de caisses sont fabiquées chaque année en France.

Le livre Des jardins dans des caisses à vin aux éditions Larousse vous explique comment s'y prendre pour les traiter, comment les préparer, comment les utiliser au mieux.

Vous pourrez y planter des fleurs, des plantes, des légumes et pourquoi pas un ou plusieurs ceps de vigne : pour la future cuvée Fêtes des Pères.

Ensuite, il vous suffira de vous incrire à un cours Vigne & Sens pour apprendre à parler de votre cuvée wink !

Bonne dégustation

 

 


lundi 27 avril 2015

Viticulture raisonnée

Savez-vous ce que veut dire le label "Agriculture raisonnée" ?

Les producteurs qui se revendiquent de cette façon de travailler essaient de trouver un équilibre entre la productivité et le respect de l'environnement. Sans subir les contraintes de l'agriculture bio on s'en approche en théorie, mais dans la pratique on en est assez éloigné.

En agriculture ou viticulture raisonnée on limite l'utilisation de produits tels que les désherbants, les insecticides, les Inhibiteurs de biosynthèse de stérols, l'utilisation des fumures (engrais). Les produits chimiques de synthèse sont donc autorisés et l'utilisation des OGM n'est pas totalement proscrite.

Voici quelques principes de l'agriculture raisonnée : respecter les doses autorisées de produits chimiques de synthèse (ceci est rassurant), éloigner les produits utilisés des produits agricoles destinés à l’alimentation humaine et animale, éviter le contact avec ces produits par les utilisateurs, enregistrer les interventions faites à l'aide de ces produits dans le but d'une meilleur traçabilité, être en mesure de vérifier le bon fonctionnement du pulvérisateur et de l’entretenir, avoir un dispositif évitant une contamination de la source d’eau utilisée pour le remplissage : y-aurait-il danger à utiliser ces produits ? En fait presque toutes les mesures figurant dans le cahier des charges "Agriculture raisonnée" figuraient déjà dans la loi : on demande simplement dans ce cahier des charges de s'y conformer !!

Le Forum de l’Agriculture Raisonnée Respectueuse de l’Environnement (Farre) est un réseau de promotion de l'agriculture raisonnée. Parmi les membres actifs qui soutiennent le réseau Farre, on trouve la société Monsanto dont la page d'accueil fait de la publicité pour le Roundup.angel et quelques sociétés produisant des produits chimiques de synthèses, non certifiés bio, je vous le garantis.

Le propos de cet article, n'est pas de juger tel ou tel agriculteur ou vigneron, mais de donner simplement quelques informations sur ce que signifie un terme (agriculture raisonnée) qui tant que l'on ne s'est pas plongé dans le cahier des charges (bon courage), ne nous indique pas grand chose. Sur les sites des vignerons suivant ces pratiques, il est rarement indiqué que certains des produits autorisés en agriculture raisonnée nécessitent le port d'une combinaison empêchant tout contact avec l'utilisateur. Personnellement, cela ne me rassure pas de savoir que les raisins qui feront le vin que je vais boire ont été en contact avec ces produits. Dans cet article, vous trouverez la photo d'une personne protégée par une combinaison avant utilisation de produits sur la vigne. Certains éléments concernant les résidus de pesticides retrouvés dans les vins après publication d'une enquête par le magazine Que Choisir sont également développés.

On peut quand même s'interroger sur la création du réseau Farre. Le but n'est-il pas aussi de redorer l'image d'une agriculture polluante ; et comment des mots comme pesticides, herbicides ou encore insecticides peuvent être associés à agriculture durable, respect de l'environnement ?

J'en profite pour vous signaler Le salon Rue89 des vins qui aura lieu à la Bellevilloise les 3 et 4 mai 2015.

Infos pratiques

Quand ? Dimanche 3 et lundi 4 mai 2015, de 10h à 19h (projection et soirée de clôture « sur le toit » le lundi, à partir de 20h45, au cinéma Etoile-Lilas).
Où ? La Bellevilloise – 21, rue Boyer – 75020 Paris.
Pour qui ? Le salon est ouvert aux professionnels comme aux particuliers.
Combien ? Entrée 10 euros (verre griffé offert).

Bonne dégustation


mardi 17 février 2015

Bouchons

On voit apparaître de plus en plus souvent différents types de bouchage sur les bouteilles de vin.

Avant de parler bouchon, quelques précisions.

Le mot bouchon vient du vieux français "bousche" (poignée de paille, fagot) qui vient du latin 'bosca" (broussailles, faisceau de branchages) puis du gaulois "boska" (touffe d'herbe pour obturer un orifice) ; buisson se dit bush en anglais et busch en allemand... ah l'origine des mots. Un bouchon est aussi au 16ème siècle un cabaret dont l'enseigne se compose d'une touffe de feuillage. Il était déjà utilisé sur les amphores cinq siècles avant J-C.

16 milliards de bouchons sont produits chaque année ; le principal producteur de bouchon est le Portugal.

Le bouchon en liège doit être souple pour être comprimé lors du bouchage de la bouteille, regonfler ensuite pour assurer l'étanchéité totale au vin et quasi totale à l'oxygène et au gaz carbonique des vins effervescents.

Il existe plusieurs types de bouchage pour une bouteille de vin : le bouchon en liège naturel ; le bouchon en liège colmaté ; le bouchon en liège aggloméré ; le bouchon technologique ; le bouchon en plastique ; la capsule à vis ; la capsule couronne ; le bouchon en verre.

L'absence de goût de bouchon est le principal avantage des bouchons qui ne sont pas en liège, ainsi qu'un prix plus faible.

Concernant ces différents systèmes de bouchage, je ne risquerai qu'un seul commentaire : avant de se focaliser sur le bouchon de la bouteille que l'on vient d'acheter et éventuellement sur un mauvais à priori quant au bouchon ; il serait plus intéressant me semble-t-il de se concentrer sur le vin qui se trouve dans la bouteille, de s'interroger sur les façons culturales du producteur de vin, dans quelles conditions ont été cultivés les raisins, mais aussi sur les méthodes de vinification du vigneron et pour cela n'hésitez pas à consulter les fiches techniques figurant sur les sites des vignerons : on y apprend beaucoup de choses et si vous ne comprenez pas tout : posez-moi la question.

Bien sûr que culturellement le liège emporte toutes les faveurs et qu'un bouchon en liège est préférable pour un vin de garde (vin qui peut se conserver un temps plus ou moins long) ;  mais je vous assure que pour des vins à boire jeune sur le fruit et donc sans attendre 35 ans avant qu'ils n'atteignent leur apogée !! d'autres systèmes de bouchage font tout à fait l'affaire ; ces autres systèmes sont d'ailleurs utilisés par de grands vignerons dont les vins sont encensés par la presse, qui figurent à la carte de nombreux restaurants et qui sont bons wink

Bonne dégustation

 

 

 


vendredi 24 octobre 2014

Cépages

Le mot cépage évoque pour beaucoup de personnes le vin ; c'est parfois le seul biais par lequel celui-ci est abordé.

C'est aussi pour bon nombre d'amateurs de vin LA REFERENCE pour se souvenir d'un vin. Associé à un nom de région ou à un pays, le cépage évoque un bon ou un mauvais souvenir. L'appellation  - et je ne parle même pas du terroir - sont relégués aux oubliettes ; le nom du domaine ou du vigneron font également souvent offices de détails d'une importance toute rélative ; quant aux façons culturales et aux méthodes de vinification, peu de gens s'y intéressent.

Le monde du vin en France (en tout cas une partie), mais aussi dans d'autres pays producteurs de vin ont bien saisis l'importance ce phénomène.

Et ceci se traduit par la suprématie de 6 cépages en France : le cabernet sauvignon, le pinot noir, le chardonnay, le merlot, le chenin blanc et la syrah. Tous ces cépages sont merveilleux... et peuvent aussi produire des vins désastreux. Ce n'est pas parce qu'un vin est produit à partir de pinot noir qu'il sera forcément bon, alors que le nom pinot noir sonne tellement bienfrown

Dans le monde les cépages les plus plantés sont : le cabernet sauvignon noir soit 6 % du vignoble mondial ; le Merlot noir (6 % du vignoble mondial) ; l'airen blanc* (5 % du vignoble mondial, surtout en Espagne) ; le tempranillo noir (5 % du vignoble mondial) ; le chardonnay blanc (4 % du vignoble mondial) ; la syrah noire (4 % du vignoble mondial) ; le grenache noir (4 % du vignoble mondial) ; le sauvignon blanc (2 % du vignoble mondial) ; le trebbiano toscano blanc (2 % du vignoble mondial) ; le pinot noir (2 % du vignoble mondial).

Certaines progressions sont de l'ordre de 45% pour le pinot noir, de 83% pour la syrah etc.

A ce rythme, il n'existera plus que 10 cépages dans quelques années alors que plus de 6000 cépage sont été recensés dans le mpnde. Fini le gringet, le grolleau, le cabernet franc


mardi 14 octobre 2014

Vins moelleux et liquoreux

Les vins "moelleux" sont des vins à propos desquels circulent beaucoup d'idées reçues : ils sont responsables des pires migraines, on ne sait pas avec quoi les boire, ils sont pâteux, lourds, etc.

C'est vrai pour les mauvais et faux pour les bons. Je vais essayer de vous donner quelques éléments afin de susciter en vous donner l'envie d'en boire plus et plus souvent.

Je ne rentrerai pas dans les détails, mais voici d'abord quelques chiffres* concernant la classification des vins en fonction de leur taux de sucre :

  • blanc sec : moins de 4 grammes de sucre résiduel par litre,
  • demi-sec : de 4 à 17 grammes,
  • moelleux : de 17 à 50 grammes,
  • liquoreux : plus de 50 grammes de sucre non fermenté par litre

* ces chiffres varient quelque peu en fonction des sources et ne concernent pas les vins effervescents

  • D'abord, il ne faut pas confondre un Vin Doux Naturel (VDN) avec un Vin Naturellement Doux (VND).

 - Un VDN est un vin dont la fermentation alcoolique a été interrompue avec de l'alcool vinique neutre, ce procédé est utilisé pour les Banyuls, les Maury, les Beaumes de Venise, les Muscat de Frontignan, de Lunel, de Saint-Jean de Minervois, de Mireval ou les Porto. On parle de vins mutés et non CUITS.

 - Un VND est un vin dont la fermentation n'est pas allée jusqu'au bout et dans lequel il reste du sucre : Sauternes, Coteaux du Layon, Vendanges Tardives en Alsace, Jurançon, Tokaji de Hongrie ou un Trockenberenauslese allemand.

  • Ensuite, il faut savoir que les VND** sont obtenus soit :

 - sous l'effet du Botrytis Cinerea (la pourriture noble) : ce petit champignon va se développer sur les raisins quand certaines conditions sont réunies (nuits fraîches, rosées et brouillards matinaux dissipés au lever du soleil) et agira ensuite comme un concentrateur de sucre, de glycérol et d'acide naturel. Les vins obtenus de cette manière se trouvent principalement dans le Bordelais (Sauternes, Barsac, Sainte Croix du Mont) dans le Bergeracois (Monbazillac) et dans la Loire (Coteaux du Layon, Quart de Chaume, Bonnezeaux).

 - sous l'effet du passerillage qui consiste à laisser les raisins se concentrer sur les ceps (Alsace, Jurançon) ou sur des lits de paille (Vin de paille du Jura ou d'Hermitage). Il faut également de belles arrières saisons pour obtenir de tels vins.

** Notez que certaines régions utilisent les deux procédés en fonction des conditions météorologiques : soit l'un, soit l'autre, soit les deux.

Pourquoi donc ces vins font souvent l'objet d'une telle défiance ?

La première s'explique par des doses de soufre parfois très élevées et ceci pour des raisons pas toujours très avouables : mauvaises qualités des récoltes par exemple ou manque d'hygiène des raisins. Il faut aussi savoir que l'on rajoute en général plus de soufre dans les vins moelleux pour des raisons oenologiques ; cette raison servant parfois d'alibi aux abus.

La deuxième tient dans le fait que la présence de sucre dans de nombreux vins n'est pas que naturelle. De nombreux procédés (certains encore interdits en France - mais pour combien de temps -), servent à "enrichir" les vins en sucre. Cette édulcoration n'aura d'autre effet que de rendre les vins plus sucrés. Pâteux, lourds, indigestes, dépourvus de toute finesse et de toute complexité, ces vins sont en grande partie responsables de la désaffection des consommateurs pour les vins "doux".

Par contre, quand la maturité est atteinte et que le terroir est respecté, les vins doux peuvent être grands et accompagnent de nombreux plats ; ils sont digestes... même en fin de repas.

Les vins moelleux vieillissent très bien et très longtemps. Après des années passée dans une bonne cave, leurs couleurs vont prendre des nuances ors, ambrées, topazes ; ils s'enrichissent d'arômes incomparables de fleurs, de miel, de fruits confits (abricot, coing, pamplemousse), de fruits exotiques (ananas, mangue), de safran et évoluent vers beaucoup de complexité où la minéralité du terroir va insuffler cet aspect éthéré et subtil propre aux grands vins liquoreux.

Bien sûr ces vins se marient parfaitement avec les desserts : un moelleux au chocolat avec un Banyuls est un grand classique par exemple ; mais essayez un Sauternes ou un Jurançon sur un fromage à pâte persillée (roquefort, bleu des causses, fourme de Montbrison ou stilton anglais) ; un gewurztraminer avec un Munster ou un Maroilles ;

Les vins moelleux accompagnent aussi les plats épicés à base de curry, de safran, de fruits secs (tajine), certains plats indiens sans trop de piment à base de chutneys et bien sûr le foie gras (le français, pas l'indien !).

Si vous aimez les expériences culinaires insolites : essayez un vin muté (Banyuls ou Maury) sur une rondelle de chorizo... J'attends vos commentaires.

Bonne dégustation


- page 1 de 3